Depuis le 1er janvier 2019, les employeurs prélèvent l'impôt sur le revenu, chaque mois, sur le montant net imposable des rémunérations de leurs salariés pour le reverser à l'État. Un prélèvement qu'ils déclarent à l'administration fiscale par le biais de la déclaration sociale nominative (DSN). À ce titre, l'administration vient de détailler la marche à suivre en cas d'erreurs commises par l'employeur aboutissant à une insuffisance ou à un excédent de retenue à la source.

Une erreur de taux ou d'assiette

Les employeurs peuvent régulariser, a posteriori, une erreur de taux de prélèvement (par exemple, application d'un taux différent de celui transmis par l'administration) ou une erreur d'assiette du prélèvement (par exemple, non application de l'abattement spécifique aux contrats courts).

L'année civile

Une erreur commise dans une déclaration souscrite au titre d'un mois donné peut être corrigée sur une déclaration souscrite au titre d'un autre mois de la même année civile. Ainsi, les erreurs constatées dans les déclarations relatives aux rémunérations d'une année N doivent être régularisées au plus tard sur la déclaration relative aux rémunérations versées en décembre N, transmise en janvier N+1. Par tolérance, l'administration admet toutefois que cette régularisation puisse intervenir sur la déclaration souscrite au titre de janvier N+1, déposée en février N+1. Au-delà, les employeurs ne peuvent plus rectifier leurs erreurs. Dans ce cas, l'erreur est corrigée, en principe, lors du dépôt de la déclaration de revenus du salarié ou du calcul du solde de l'impôt par l'administration.

En cas d'excédent

Lorsque l'erreur a conduit à un excédent de retenue à la source, cet excédent s'impute sur le montant total des retenues à la source dû par l'employeur au titre du mois pour lequel la déclaration de régularisation est souscrite.

Si l'excédent est supérieur à ce montant global, l'employeur peut demander le remboursement de la différence auprès de son service des impôts des entreprises. Une réclamation contentieuse qui doit être présentée au plus tard le dernier jour du mois de février N+1.

BOI-IR-PAS-30-10-50 du 27 février 2019